STRESA

Stresa est la destination du Grand Tour par excellence, connue depuis le 19ième siècle quand les touristes possédants de l’étranger la choisissaient pour goûter la belle Italie. Jardins fleuris, vues panoramiques, villas d’un temps, la bonne cuisine et la cordialité, le tout avec un excellent climat – depuis toujours la bonne recette italienne.
Histoire
Le nom Stresa se voit écrit pour la première fois dans une carte de vente du 15 janvier 998 A.D: “STRIXSYA”. Dans d’autres documents historiques, il devient “STREXIA”, plus tard “STREXA” puis “STRESIA” et à la fin “STRESA”, qui reste constant jusqu’à nos jours.

La première source historique qui cite l’existence de Stresa est un parchemin de l’an AD 998, dans lequel on lit le nom du lieu comme Strixia, forme confirmée dans un autre document en 1249.
Cependant, en 1220 le nom de la ville est écrit comme Strexia. Plus récemment, en 1935, l’accord politique et militaire entre l’Italie, la France et le Royaume Uni, dite Fronte di Stresa.

Le terroir

Le terroir est divisé en quatre parties, partiellement côte, la partie des îles, des collines et des montagnes.
La partie côte, qui donne sur le Lac Majeure comprend le centre historique de Stresa, l’hameau de  Carciano, la partie des îles comprend les quatre îles Borromées  (Madre, Bella, Pescatori, San Giovanni).
Les collines comprennent une série d’hameaux qui dominent le Lac Majeure (Levo, Binda, Campino, Passera, Someraro, Vedasco, Brisino e Magognino).  La partie montagne comprend la bien fréquentée station de ski Mottarone, les prés alpins en dessous de la pente orientale de la montagne et le jardin botanique Alpinia.
Stresa est rapprochée à la station de ski et au jardin botanique grâce à un funiculaire divisé en deux tranches, la première de Stresa au Jardin Alpinia, la seconde du Jardin Alpinia au Mont Mottarone.
Ce funiculaire a été ouvert de nouveau, après deux ans de travaux, en aout 2016. Au sommet, à 1491 mètres au-dessus du niveau de la mer, il y a les remontées mécaniques.

Les semaines musicales de Stresa

Les semaines musicales de Stresa sont nées en 1961 par l’initiative d’Italo Trentinaglia de Daverio, avocat de famille noble de Venise, encouragé à s’occuper de la musique, non par interêt personel, mais à cause du fait qu’il avait toujours vécu en contact avec la musique.
Son père, Erardo, était effectivement organisateur musical, directeur générale du théâtre La Scala de Milan, surveillant du théâtre La Fenice à Venise, et composeur de musique. La famille Trentinaglia possédait une villa à Stresa, où se rassemblaient musiciens et auteurs, parmi lesquels Arturo Toscanini, Umberto Giordano et Gianandrea Gavazzeni, tous attirés par les beautés naturelles du Lac Majeur.
Pendant un séjour dans cette villa, en automne 1961, Italo Trentinaglia a eu l’idée de créer une manifestation annuelle qui aurait rendu Stresa siège de l’un des festivals internationaux de musique classique, qui rendait fameuses les localités plus belles d’Europe.
Le 27 août 1962 les Semaines Musicales de Stresa ont été inaugurées avec un concert l’Orchestre du théâtre La Scala, dirigé par Nino Sanzogno; dans les éditions suivantes aucuns des plus importants musiciens à niveau mondial y auraient participé.
Le festival des jeunes vainqueurs de concours a présenté au monde, dans l’histoire des Semaines Musicales, des artistes aujourd’hui très connus, comme Michele Campanella, Garrick Ohlsson, Christoph Eschenbach, Murray Perrahia, Jeffrey Swann, jusqu’aux plus récents Andrea Lucchesini, Maurizio Zanini et Nikolaj Znaider.
Les Semaines Musicales de Stresa font partie de l’Association Européenne des Festivals.

Call Now Button